logo armée.png
Archive vun der Arméi
 
Archive 2020
rétro2020.png

. Photos ©EMA

retro2020-1.png
retro2020-5.png
retro2020-2.png
retro2020-6.png
retro20204.png
retro2020-3.png

Video vun der Zeremoni

Martin.png
ass so.png
asscapo28102020.png

Interview avec le nouveau général Thull

30. September 2020

«Rares sont ceux qui pensent à se tourner vers l'armée»

 

Mais je n'entends pas jouer sur cette réalité, car mon but consiste à fidéliser du personnel qui souhaite s'investir dans le domaine de la défense. Je cherche donc des personnes pour qui l'armée est la première option et non des gens qui arrivent dans le cadre de leur plan B. Je rappelle que l'armée luxembourgeoise n'est pas composée uniquement de militaires, les civils en sont aussi une constituante qui pourrait être amenée à être plus importante à l'avenir.

Sous votre commandement, l'armée sera-t-elle amenée à se féminiser?

«Oui. Nous devons trouver un peu plus de femmes qui sont intéressées par ce qui est fait au sein de l'armée. J'ai d'ores et déjà lancé l'idée d'un comité où les femmes peuvent se concerter pour mettre des propositions concrètes sur la table. Cela peut concerner aussi bien la question de l'uniforme, basé actuellement sur le standard masculin, que d'autres sujets plus généraux. Je suis tout à fait ouvert à cette manière de faire car je crois qu'il existe un réel potentiel dans ce domaine pour attirer de nouveaux personnels.

La fin de la carrière de votre prédécesseur a été marquée par des dissensions au sein de l'armée, illustrées par «l'affaire Schleck».  Comment allez-vous tenter de juguler ces tensions?

«Honnêtement, je n'ai pas rencontré de personne issue de l'armée qui souhaitait la démission du général Duschène. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il y a eu des gens qui se sont désengagés du comité du syndicat professionnel de l'armée luxembourgeoise (SPAL). Les personnes qui souhaitaient ce départ se trouvent uniquement au niveau du SPAL. Cela ne cache pas le fait que des tensions ont existé et qu'elles sont là. Je ne souhaite pas regarder en arrière, c'est pourquoi je suis tout à fait disposé à travailler avec les associations professionnelles pour faire en sorte que l'armée avance. Mais il faut que chacun joue son rôle de manière honnête et propre.

Dans le contexte de crise sanitaire, la création d'un hôpital militaire a refait surface récemment. Ce projet peut-il réellement voir le jour?

 «Une étude sur cette question est en cours au sein du ministère de la Défense pour voir la faisabilité de cette option. Car il ne faut pas perdre de vue que c'est un domaine très complexe et pour lequel les experts présents au sein de l'armée luxembourgeoise sont très peu nombreux. Si nous n'avons déjà pas assez de personnels pour assurer les missions qui sont les nôtres aujourd'hui, mettre en place un nouveau domaine de spécialisation qui nécessite de la haute technologie s'annonce compliqué. Les conclusions de cette étude devraient être connues d'ici un an.

En tant que spécialiste de la cyberdéfense, étiez-vous engagé dans la mise en place du projet de satellite militaire Luxeosys?

«Négatif. Si vous me demandez mon avis sur ce dossier, je trouve que c'est un projet qui colle très bien avec nos ambitions de garantir un environnement sécuritaire avec un nombre relativement restreint de personnels. Cela constitue quelque chose de très intéressant car complémentaire de nos compétences en communications satellitaires et qui permettrait d'exploiter des ressources déjà disponibles dans le pays. L'argent investi dans ce projet va retourner dans l'économie luxembourgeoise, sur le modèle de ce qui se passe dans les grands pays.

Votre prise de fonction correspond aussi avec l'entrée en service de l'A400M. Est-ce que sa première mission pour le Luxembourg consistera à envoyer de nouveaux soldats au Mali?

«Ça se pourrait. Il faut juste se rappeler que l'engagement du Luxembourg est porté sur le multilatéralisme et donc la recherche de partenaires internationaux pour mener à bien nos objectifs. Cette philosophie devrait d'ailleurs, à mon avis, s'amplifier dans les années à venir pour répondre aux différents besoins. Sans pour autant que cela n'aboutisse rapidement à la mise en place d'une armée européenne. Cela ne se fera pas tant que je serai général de l'armée luxembourgeoise et pas non plus sous le commandement de mon successeur d'ailleurs...

Justement, dans quel état aimeriez-vous laisser l'armée lorsque vous serez amené à céder votre commandement?

«Au niveau des infrastructures, je serai très satisfait si les trois grands chantiers de rénovation programmés arrivaient à leur terme. A savoir la réfection du champ de tir, celui du site du Waldhof et celle des infrastructures du centre militaire. Mais je reste réaliste et sceptique quant à la réalisation de tous ces projets. Sur un plan plus général, j'aimerais laisser une armée dont la perception à l'extérieure aura changé, vers une institution considérée comme utile et positive qui contribue au bien-être de tous et dont les membres peuvent être fiers.

Vous avez évoqué plus tôt l'affaire Schleck et cela m'a fait énormément mal. Car beaucoup de choses ont été dites et cela nuit à l'armée. Cela est très injuste pour ceux et celles qui travaillent tous les jours avec envie et sincérité. C'est pourquoi je souhaite vouloir œuvrer vers une plus grande cohésion entre les différents acteurs. Nous ne sommes pas les meilleurs dans tout, loin de là, mais je demande à ceux qui critiquent de venir avec des propositions concrètes qui ont des chances d'aboutir afin de changer la donne et pas seulement des idées lancées en l'air.

Jean-Michel HENNEBERT (Luxemburger Wort, Interview du mercredi, 30 septembre 2020

Thull03.png

Monsieur le général, quelle(s) stratégie(s) allez-vous déployer pour attirer les 180 personnels dont vous avez besoin d'ici 2024

«A l'heure actuelle, tout ce qui a trait à l'armée et à la défense en général reste dans un milieu très spécifique. Et donc, le grand public est très peu au courant de ces enjeux. Je crois donc qu'il faut porter ces questions en dehors de ce cercle pour montrer que nos missions et notre rôle constituent quelque chose non seulement d'utile mais aussi de nécessaire. Plus ces notions seront connues, plus les chances que de nouvelles personnes s’intéressent à ce que nous faisons cherchent à nous rejoindre. 

Nous devons réaliser un travail pour non seulement intéresser les jeunes qui sortent de l'école, mais aussi les personnes qui ne connaissent pas la diversité de métiers qui existent au sein de l'armée, que ce soit ceux liés aux télécommunications, à l'observation satellitaire ou à l'aviation. L'une des difficultés actuelles consiste non pas dans l'absence de personnes compétentes au Luxembourg, mais plutôt dans le fait que rares sont ceux qui pensent à se tourner vers l'armée pour exercer leur métier.

Les difficultés actuelles que rencontrent des entreprises telles qu'ArcelorMittal, Guardian ou Luxair ne constituent-elles pas une opportunité pour l'armée?

«La conjoncture actuelle liée au covid-19 va jouer pour nous, car je suis persuadé que nous en sommes qu'au commencement de cette crise. A chaque fois que cela tourne mal dans le civil, l'armée devient un patron plus intéressant.

Thull02.png
BauschCharteAemee.png
AssOff20200929.png

Le général Steve Thull a été nommé chef d’État-Major de l’Armée

En date du 29 septembre 2020, la cérémonie de la remise de fonction de chef d’État-Major entre le général Alain Duschène et le général Steve Thull a eu lieu au Centre militaire à Diekirch.

En présence du Vice-Premier ministre, ministre de la Défense, François Bausch, le général Steve Thull a été nommé chef d’État-Major de l’Armée, en remplacement du général Alain Duschène, qui a fait valoir ses droits à la retraite. Le général Duschène avait pris la relève du général Romain Mancinelli le 29 septembre 2017.

Lors de la cérémonie, le Vice-Premier ministre, ministre de la Défense, François Bausch, a remercié le général Duschène pour son engagement constant dans le cadre de la réforme et de la modernisation de l’Armée luxembourgeoise. Il a ensuite souhaité la bienvenue au général Thull dans lequel il place toute sa confiance pour la poursuite des grands chantiers de l’Armée luxembourgeoise.

Le général Steve Thull a suivi sa formation en tant que candidat officier à l’École royale militaire à Bruxelles de 1987 à 1991. De 2006 à 2007, le général Steve Thull a suivi un cycle d'enseignement militaire supérieur à Paris. Au cours de sa carrière, il était entre autres chef de peloton mortiers, chef de peloton anti-char et chef de peloton éclaireurs avant de devenir commandant de compagnie. Dans la suite, il a assumé différentes fonctions d'État-Major dont celles d'officier du personnel et des relations publiques de l'Armée, de commandant adjoint du Centre militaire, d'officier adjoint à l'officier études et planification de l'Armée et finalement d'officier systèmes d'information et de communication de l'Armée. Le général Steve Thull a participé à la mission IFOR de l'OTAN en Bosnie-Herzégovine et à la mission EUFOR au Tchad et en République centrafricaine.

Communiqué par la Direction de la Défense, le 29.09.2020. Photos ©EMA

Fête Nationale 2020 sous le signe du COVID-19

Thull passation 3.png
CGDRetraitDuschène20200928.png
ASSOFFArmee.png
a400m.png
Duschène.png
ass.officier.png

Participation de l’Armée luxembourgeoise à la parade pour la fête nationale française à Paris

Mardi 14 juillet 2020

Lors de la fête nationale française du 14 juillet, la France a rendu hommage aux pays qui lui ont rendu service au moment du pic épidémique du COVID-19. Le Grand-Duché était représenté par la ministre de la Santé Madame Paulette Lenert ainsi que des représentants de l'Armée luxembourgeoise qui ont pris part au défilé composé de trois militaires dont un officier porte-drapeau, précédé par un officier chef de détachement.

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : ©ECPAD

20190614-PartDéfiléParis 2.png
20190614-PartDéfiléParis 4.png
20190614-PartDéfiléParis 1.png
20190614-PartDéfiléParis 3.png
20190614-PartDéfiléParis 5.png
6 SO 2020716.png
Duschène.png

Fête nationale 2020 sous le signe du COVID-19

 

 

 

À l'occasion de la célébration publique de l'anniversaire de S.A.R. le Grand-Duc, une cérémonie officielle a eu lieu le 23 juin au monument national de la Solidarité luxembourgeoise (Kanounenhiwwel). Elle a réuni le chef d'État, des membres du gouvernement, des députés, des représentants du collège échevinal de la Ville de Luxembourg, du Conseil d'État, de la magistrature ainsi que le doyen du corps diplomatique accrédité auprès du chef d'État luxembourgeois, le chef d'état-major de l'armée luxembourgeoise et le directeur général de la police grand-ducale.

À 11 heures, à son arrivée au boulevard F. D. Roosevelt, S.A.R. le Grand-Duc a été accueilli par le président de la Chambre des députés, Fernand Etgen, par le Premier ministre, ministre d'État, Xavier Bettel, et par le bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Lydie Polfer.

Au programme de cette cérémonie ont figuré des discours de S.A.R. le Grand-Duc, du président de la Chambre des députés, Fernand Etgen, et du Premier ministre, ministre d'État, Xavier Bettel.

L'encadrement musical a été assuré par un ensemble de la Musique militaire.

Après la cérémonie officielle, le traditionnel tir d'honneur de 21 coups de canon a eu lieu au Fetschenhaff.

 

Communiqué par le gouvernement, le 23.06.2020. Photos gouvernement

001.jpg

En présence du ministre de la Défense, François Bausch, 33 soldats volontaires, dont 5 de nationalité portugaise et un soldat de nationalité française, ont prêté serment.

 

Cette cérémonie marque pour les volontaires l'achèvement de l'instruction de base de quatre mois. Cette phase vise à préparer les recrues à leurs activités militaires futures au sein de l'Armée.

 

François Bausch a relevé la situation exceptionnelle dans laquelle s'est déroulée l'ins-truction de base des recrues, il les a remerciées pour leur en-gagement dans le cadre de la lutte contre le COVID-19.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communiqué par l'État-major de l’armée, le 20.05.2020. Photo ©EMA

002.jpg
Photo003.png

L’Armée prépare 200.000 enveloppes contenant 5 masques pour faciliter la distribution aux entreprises de moins de cinquante salariés.

 

Lundi 20 avril 2020

L’Armée prépare 200.000 enveloppes contenant 5 masques pour faciliter la distribution aux entreprises de moins de cinquante salariés.

Depuis ce matin huit heures 130 personnes de l’Armée préparent des enveloppes contenant des masques de protection destinées à être distribuées au travers des différents bureaux de poste aux entreprises à partir de lundi.

200 000 enveloppes à cinq masques de protection, soit un total d’un million de masques doivent être prêtes d'ici la fin de ce weekend. L’Armée prévoit de mobiliser également ce dimanche encore une fois le même contingent.

Le Premier ministre, Xavier Bettel et le Vice-Premier ministre, Ministre de la Défense François Bausch a rendu visite sur le site ce matin pour s’informer du bon déroulement de cette mission.